,

Combien nous coûtera la Deutsche Bank ?

Je vous le dis tout net ; on a quand même de la chance de vivre dans un monde où l’on peut régler des problèmes en deux coups de cuillères à pot et où la décision d’un type à Washington peut changer la face du monde en 5 minutes.

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais vendredi matin nous étions au bord de la panique parce que la Deutsche Bank était au bord du gouffre, acculée dans les cordes qu’elle était par le Département la Justice Américain qui voulait lui coller une amende de 14 milliards. Non, seulement les méchants du DOJ en voulaient à l’argent des gentils banquiers allemands, mais en plus Madame Merkel, quelques jours avant, avait lancé un violent « demerden Sie sich » – qui signifie, en français : « faites comme vous voulez, mais vous n’aurez pas les Deutsche Mark du peuple allemand pour vous en sortir, debleu !!! ».

Tu vois comment ou bien ?

 

Du coup, vendredi matin très tôt nous étions forts contrariés, craignant que la Deutsche Bank prenne la direction du mur sans ABS et sans Airbag. Le fait que la première banque allemande parte en faillite n’aurait normalement pas empêché un financier de dormir, après tout ce n’est que de l’argent et si en plus ce n’est pas le vôtre, ça devrait bien se passer. Non, le problème dans tout cela, c’est que si la Deutsche Bank finit au cimetière des banques, à côté de Lehman et de ses frères, elle va aussi laisser des « dérivés sans surveillance» pour environ 70 trillions. Le montant exact n’est pas connu et qu’il soit de 60 ou de 80, ça ne change pas grand-chose. D’ailleurs, dans la représentation graphique ci-dessous, vous verrez ce que représente un trillion… Chaque cube représente une palette avec des billets de 100$ posés dessus…. Et la baraque à droite, c’est la Maison Blanche.

http://Demonocracy.info

                                                                             http://Demonocracy.info

 

Maintenant que vous avez vu cela, c’est plus simple d’imaginer que la Deutsche Bank a 70 fois ce genre d’expositions en dérivés et que si le domino se casse la figure, il n’y a pas que Deutsche Bank qui va se retrouver sous l’eau.

Nous en étions donc à ce stade vendredi matin, le stade : « Oh My God, on va tous y rester ». Et puis est arrivé la rumeur.

Oui, il se trouve que depuis vendredi matin, on s’autorise à penser, dans les milieux autorisés, que le Département de la Justice Américain, dans sa grande mansuétude, pourrait réduire le montant de l’amende de la Deutsche à 5 milliards contre 14 auparavant.

Ça, c’est ce que l’on appelle du rabais !!! Un discount de folie qui du coup, rendrait les problèmes de la banque allemande beaucoup plus faciles à digérer. Ça ne réglera pas le problème la surexposition aux dérivés, mais tant qu’ils ne font pas faillite, les dérivés resteront ce qu’ils sont : une vache à lait pour les émetteurs. Donc, si la Deutsche Bank s’en sort, on peut respirer, continuer à faire marcher la planche à billets et se payer des bonus de folie, jusqu’à la prochaine alerte. Alerte qui reviendra sûrement au moment où on l’attend le moins.

Mais en tous les cas, les marchés ont aimé la rumeur – qui n’est pas encore confirmée – et on se dit que, finalement, ça devrait bien se passer et tout est remonté. Vive la Deutsche Bank, vive le Département de la Justice Américain et vive la finance pour les professionnels.

Ce matin, alors que l’on se sent moins stressé que la semaine passée, les indices asiatiques entament la semaine en hausse, tout excités qu’ils sont de voir que la finance européenne est toujours là. Tokyo est en hausse de 0.9%, Hong Kong de 1.25% et la Chine progresse lentement de 0.2%. Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes ce matin.

Le pétrole est presque à 48$, mais tout le monde s’en fout, parce que depuis que l’accord est « presque officiel » à l’OPEP, on se dit qu’être short serait plutôt stupide et que de toute façon, tout le monde savait qu’à la fin le baril monterait plus haut. L’or est à 1318$, en baisse depuis vendredi, puisque si Deutsche ne fait pas faillite, pas besoin de se sécuriser en se construisant des tables de salon en lingots d’or.

 

On va donc pouvoir se concentrer sur la semaine à venir. Semaine qui sera longue et difficile, voir volatile au vu du nombres de chiffres économiques qui vont arriver sur nos téléscripteurs durant la semaine. Il y aura les ISM en tous genres, la suites des discussions pour l’amende de la Deutsche Bank – eh oui, je vous ai dit que ce n’était qu’une rumeur – la publication des chiffres trimestriels de Micron, Constellation Brands et Monsanto, entre autres, bien que la vraie saison des résultats commence la semaine prochaine, et puis, pour terminer la semaine, nous aurons les chiffres de l’emploi aux USA. Les fameux Non-Farm Payrolls qui sont de retour comme tout premier vendredi du mois.

Et là encore, on va pouvoir tergiverser, histoire de voir si la FED va agir plus tôt, plus tard ou est-ce qu’elle va devoir nous annoncer un nouveau QE. Au passage, nous allons probablement apprendre que les chiffres des mois précédents étaient faux et bidouillés comme d’habitude, mais tout le monde s’en fichera parce que le Dalaï Lama a dit : « Il y a deux jours dans une année où l’on ne peut rien faire. Ils s’appellent Hier et Demain. Pour le moment, aujourd’hui est le jour idéal pour aimer, croire, faire et analyser les chiffres de l’emploi américain ».

Nous allons également parler politique, parce que les élections US se rapprochent et que Trump est sous les feux de la rampe, parce qu’il n’aurait pas payé d’impôts pendant près de 18 ans et qu’en plus, cette semaine il y aura le débat des deux éventuels futurs-vice-présidents. Je ne vous donnerai pas leurs noms, tout le monde s’en fiche de toute manière, mais on va quand même parler du débat de mardi soir.

virtual

Pour le reste des nouvelles à retenir ; Tesla a cartonné en termes de ventes de voitures pour ce trimestre. Le fabricant américain a annoncé une hausse de 70% de ses livraisons pour le trimestre. Dans les IPO’s qui marchent, on retiendra Nutanix, qui est entrée en bourse vendredi et qui terminait la journée en hausse de 131%. C’est la meilleure IPO de l’année – en tous les cas pour le premier jour. Dans le Barron’s, on aime Liberty Media qui serait un meilleur parti que Warren Buffet. On est fan de Broadcom qui pourrait monter de 20% et on reparle du « danger de Deutsche Bank », mais pas que, il ne faut pas oublier non plus qu’Octobre est généralement un sale mois pour la finance. Surtout parce que les krachs de 1929 et de 1987 ont eu lieu en octobre.

Cependant, on oublie trop souvent de dire que les « fins de bear markets » de 1946, 1957, 1960, 1962, 1974, 1987, 1990, 1998, 2001, 2002, et 2011, ont eu lieu au mois d’octobre, comme quoi des fois on pense un peu trop vite et un peu trop simplement, mais c’est la marque de fabrique du monde merveilleux de la finance.

Côté chiffres économiques du jour, nous aurons les Retails Sales en Suisse, les Manufacturing PMI partout dans le monde – forcément, c’est le début du mois – puis il y aura l’ISM Manufacturing aux States ainsi que les ventes de voitures.

Pour le moment, les futures sont inchangés. L’Euro/Dollar est à 1.1234, le Yen vaut 101.39, la Livre est à nouveau sous les 1.30, à 1.2933 – peut-être depuis que Madame May a déclaré que le Brexit devrait être pour mars 2017 – le Dollar Suisse se traite à 0.9721, l’Euro/Suisse a retrouvé des couleurs et vaut à nouveau 1.0920 et le Bitcoin vaut 608$. Le rendement du 10 ans américain est à 1.60%.

Voilà, la journée et la semaine devraient être placée sous le signe de la Deutsche Bank, encore, puisque ça serait bien que l’on soit rapidement fixé sur le montant de l’amende, histoire de savoir s’il faut trouver d’autres solutions pour sauver le soldat Deutsche Bank, parce que ne nous leurrons pas ; on ne peut pas se permettre de la laisser couler comme le Titanic, sinon va falloir commencer à se concentrer sur d’autres métiers que la finance, comme l’agriculture ou le macramé.

 

3 réponses
  1. Nightwings
    Nightwings says:

    Je sais que c’est un vieux débat mais la somme 1 000 000 000 000 c’est plutôt un billion, pour ce que j’en sais un trillion 1 000 000 000 000 000 000 non ?

  2. Baya
    Baya says:

    Nightwings a raison: ca devient tres tres complique, tous ces zeros qui se trainent a la queue-leu-leu.
    Un million a 6 zeros, un milliard (« billion » en anglais) a 9 zeros, et un trillion, 12 zeros.. .C’est de la science-fiction, de toute facon, toute cette fausse monnaie sortie de la presse a imprimer de Monopolyville, et qui va tout droit dans les poches du sheriff et de sa milice.

    Pour faire plus simple, on devrait inventer une nouvelle monnaie, qu’on appelerait par exemple le « Madoff ». Un « Madoff »= 65 Milliards US$. Du coup, les produits derives de la Deutsche Bank ne vaudraient plus que 1k Madoff. Ca fait tout de suite plus petit et plus presentable.

  3. Zylo
    Zylo says:

    Excellente idée Baya !
    En plus en termes de communication, c’est redoutable.
    Vu la tendance actuelle, j’ai peur que l’unité Madoff soit un peu petite. On pourrait tenter l’unité subprime = 1000 milliards USD.
    Comme ça on a : pétrole de schiste = 5 subprimes. DB = 70 subprimes….

    Pour répondre à Nightwings : trillion est un genre de faux ami. En France c’est 10^(3*6), dans les pays anglo-saxons, c’est 10^12….
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Trillion

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *