,

Records et cassures haussières à tout va, l’euphorie est parmi nous !

Il y a tout juste un mois, quasiment jour pour jour, nous étions devant nos écrans, très tôt le matin, s’arrachant les cheveux parce qu’Hillary ne serait pas Présidente des United States et que l’arrivée de Trump au pouvoir allait avoir, sur les marchés, le même effet qu’une certaine météorite sur les dinosaures il y a quelques millions d’années.

Et pourtant !!!

Oui, et pourtant nous voici bien avancé dans le mois de décembre et le S&P500 a repris 7.5% depuis ce petit matin de novembre où l’on nous avait prédit l’Apocalypse, ce matin où l’on voyait déjà arriver une armada d’hélicoptères prêts à nous balancer du napalm sur le marché et à faire fondre tous les profits pour 2016…

Que nenni, aujourd’hui l’arrivée de Trump aura fait monter le Dow Jones de 9.24%, les indices des petites capitalisations boursières américaines sont en hausse de près de 18% sur un mois, le Nasdaq est un tout petit peu moins à la fête, puisqu’il ne monte « que » de 7% et qu’hier il n’a pas battu de record, mais ça ne saurait tarder.

En tous les cas, ce matin aux USA, on a l’impression que celui qui ose aller contre le « rallye Trump », va vite comprendre sa douleur, le peu de chiffres économiques publiés récemment, montre que le Consommateur retrouve un poil de confiance et que la croissance américaine est gentiment en train d’accélérer. Yellen joue sur du velours et la semaine prochaine, sa hausse des taux attendue devrait passer inaperçue. Tout ça pour fêter les 20 ans de « l’irrationnelle exubérance » d’Alan Greenspan, on ne pouvait pas rêver mieux. Tout va tellement bien que l’on se croirait dans scénario Hollywoodien, puisqu’à la fin tout se termine bien.

Hier les marchés US étaient soutenus par les marchés européens qui avaient donné le ton durant la première partie de la journée. Il faut dire que l’Europe n’est pas en reste ces derniers jours, puisqu’après le NON italien qui étaient censé nous amener le retour de la peste bubonique et la fin de l’économie européenne telle que nous la connaissons, nous voici donc en train de casser toutes les résistances à la hausse et les fameux 10800 sur le DAX qui ne voulaient pas céder depuis des mois, sont déjà passés dans le « hall of fame » des résistances qui ne voulaient pas céder mais qui à la fin ont cédé quand même.

Là aussi, le DAX a pris 8% depuis l’élection de Trump et 4.7% rien que depuis que Renzi s’est tiré. Et c’est partout pareil, en France on est également en hausse de 8% depuis Trump, en Espagne on prend 5.3% depuis le début de la semaine et en Italie, où nous étions revenus sur les niveaux de début novembre avec la crainte du référendum, nous sommes en hausse de 12.5% depuis le début de la semaine.

Le seul marché déprimant en ce moment, c’est la Suisse. Bon, il faut dire que quand l’euphorie s’empare du monde boursier, la Suisse est souvent mal placée pour en profiter. Et ça n’a strictement rien à voir avec l’arrivée de Doris à la tête du pays, ça aurait été Parmelin, peut-être, mais pas là. Pour une fois, la politique n’y est pour rien.

Ce mercredi aura donc été une journée parfaite pour mettre « à poil les shorts », comme on dit dans le milieu ; tout d’abord PERSONNE ne croit à cette hausse, TOUT LE MONDE attend LE KRACH du siècle que l’on nous annonce depuis 12 mois et qui ne vient pas, les investisseurs sont sous-pondérés en actions, la fin de l’année approche et personne ne veut prendre des risques ou à le courage d’en prendre (on préfère « sauver les meubles »).

En plus de cela les marchés européens testaient leurs résistances depuis des semaines et n’attendaient qu’une étincelle pour allumer le feu comme disait Johnny. Là dessus vous ajoutez que tout le monde attend Draghi au tournant ce jeudi et anticipe le fait qu’il pourrait éventuellement peut-être annoncer le prolongement du QE et quoi de mieux pour un investisseur de savoir que la banque centrale imprime de l’argent à tout va pour soutenir tout ce petit monde – et puis même, imaginez… Si Draghi venait à réduire son QE en disant que l’économie européenne va trop bien… ça serait presque plus jouissif qu’un prolongement du QE !!!

Non, franchement, tout va trop bien, ça en devient indécent !!! Même la volatilité, qui est censée représenter les craintes des investisseurs, est en train de baisser dramatiquement. Finalement, le seul stress qui nous reste, c’est les banques italiennes…

Ah mais noooooonnnnn !!!! Parce qu’hier le gouvernement – où ce qu’il en reste – a laissé entendre qu’il préparait un plan de sauvetage pour la Banca Monte dei Paschi, donc, in extenso, ils ne laisseront pas partir la moindre banque en faillite, ça ferait mauvais genre… Du coup les banques sont en plein délire partout en Europe et au passage on notera qu’aux USA, Goldman Sachs a pris 26% depuis que Trump est là.

Définitivement, tout va trop bien.

Les Bulls sont en lévitation, l’euphorie commence à poindre à l’horizon. Nous ne sommes pas encore dans une bulle, mais on commence à sentir une certain excitation avec ce marché qui monte et même les plus déprimés, les plus fervents adeptes de la théorie du complot et ceux qui pensent que les banques centrales sont en train de creuser nos tombes, sont en train de se demander si par hasard ils ne seraient pas en train de louper le train.

D’ailleurs, le meilleur commentaire de la journée, celui qui résumait le mieux un état d’esprit qui est en train de s’installer dans les marchés, c’est celui de ce stratège américain qui disait : « les 20’000 sur le Dow Jones ne sont plus qu’à 2.5% de là où nous sommes, il est fort probable que nous y soyons d’ici la mi-décembre »… C’est FORMIDABLE !!! Il y a un mois nous étions au bord d’un Hiroshima boursier en cas de victoire de Trump et nous voici à la porte du paradis des 20’000 sur le Dow Jones.

Si l’on avait pu produire de l’énergie avec les vestes qui se sont retournées ces 30 derniers jours, la Suisse n’aurait plus besoin de nucléaire pour 100 ans à venir.

Dans toute cette euphorie, on notera tout de même que le secteur pharma et biotech, mais surtout biotech, s’est fait démonter hier parce que Trump a laissé entendre qu’il allait leur mettre la misère sur les prix des médicaments.

C’est extraordinaire, même Trump lui-même essaie de freiner la hausse et le marché monte quand même !!!

Pendant ce temps le pétrole continue de se battre autour des 50$ et semble avoir de la peine à s’établir au-dessus et ce malgré le plan de l’OPEP. Plan qui est régulièrement challengé par les inventaires qui montent.

Grosse « Headlines » impressionnante ce matin sur CNBC : « la faiblesse du dollar fait remonter l’or !!! », je me précipite sur mon écran pour voir à quelle vitesse le métal est remonté et où il se traite… L’or est à 1179$ ce matin. Hier matin, il était à 1168$. Onze dollars de hausse. J’ai frisé l’infarctus parce qu’un journaliste a laissé entendre qu’il se passait un truc sur l’or alors que c’était juste un réflexe post-mortem.

book_buy_sell_sell_new_1024x1024

En Asie on profite un peu de l’effet Wall Street et de l’effet Europe. Ce matin le Nikkei est en hausse de 1%, Hong Kong avance de 0.65% mais s’effrite un peu depuis le début de la séance, peut-être à cause du Trade Balance Chinois qui vient de sortir à 44.61 milliards contre 49.06 milliards le mois précédent, alors que les stars de la finance attendaient 46.30 milliards. Encore raté, la Chine qui était en hausse dans la nuit recule actuellement de 0.05%.

La journée qui nous attend sera donc placée sous le signe de la BCE qui va annoncer sa décision sur les taux à 13h45 et qui sera ensuite suivie par le discours de l’homme qui compte actuellement, Mario Draghi. Comme mentionné auparavant, on s’attend à une prolongation du QE, mais on peut se poser la question étant donné que ces derniers temps ils s’est tout de même montré dubitatif sur le sujet – la grosse surprise serait une réduction du dit QE – mais qui pourrait être pris également pour une bonne nouvelle. Réponse en début d’après-midi et attention aux accélérations haussières en cas de bonnes nouvelles, le marché dans lequel nous sommes laisse la porte ouverte à toutes les fenêtres actuellement. Et puis, après tout, les 20’000 ne sont pas si loin.

Les autorités sont en train d’investiguer Citigroup Japon suite au « flash crash » du mois d’octobre sur la Livre Sterling. On ne reproche pas à Citi d’avoir démarré la chose, mais on leur reproche d’avoir enfoncé le clou durant la descente. Ce jour-là, la Livre a fait un plus bas jamais vu depuis 31 ans.

Selon le Wall Street Journal, les banques chinoises « cachent » près de 2 trillions de dollars de crédit pourris. Toujours dans le Wall Street Journal, on peut trouver un article en première page qui dit que ce n’est plus fun du tout d’être un banquier suisse. Il fût un temps où l’on vous proposait une carrière de l’adolescence à la retraite, mais les changements de réglementations, les taux bas et les Américains qui nous ont pourri la vie depuis des années, fait qu’effectivement, c’est moins drôle.

Je me rappelle d’ailleurs deux choses de ma vie de banquier :

1) mon responsable d’apprentissage à l’UBS qui me disait, lors de la signature de mon contrat : « vous savez, si tout va bien, vous n’en signerez plus d’autres jusqu’à la retraite. Entre deux, j’en ai signé 6 autres et tout n’est pas «bien allé »…
2) le chef du personnel d’une grande banque privée de la place qui me disait en bégayant, alors que je lui tendais ma démission à l’âge de 29 ans : « Mais, mais, mais, vous, vous, vous avez pensé à votre retraite ? »… Euh…. Comment vous dire : « non ? »

Le Barron’s célèbre les nouveaux records des indices boursiers et ils proposent 5 titres qui possèdent de magnifiques configurations haussières pour jouer la fin de l’année. Il s’agit de General Motors, Campbell Soup, CF Industries, Dow Chemical et CVS Health. Joyeux Noël. Et puis autrement ils aiment Northrop Gruman qui devrait s’envoler sous Trump, sans compter que Bill Gross pense que les actions sont « vulnérables » et qu’il faut se mettre cash…

Le site MarketWatch propose 18 titres qui sont membres du S&P500 et qui pourraient monter de plus de 30% selon les objectifs des analystes – visionnaires – gourous de la finance. Dans l’ordre du plus gros potentiel au plus petit, vous avez : Mallinckrodt, Endo, Hanesbrands, Edwards Lifesciences, Mylan, Allergan, Alexion Pharmaceuticals, Activision, Salesforce, NRG Energy, Centene, Gilead, Facebook, Boston Scientific, Pitney Bowes, Molson, Newell et Zimmer Biomet.

Faites vos jeux, rien ne va plus.

obamacare_cartoon_12-07-2016

Et puis pour terminer dans la série « visionnaires », Moody’s a baissé la dette de l’Italie sur « négatif ». Ce qui est bien avec eux, c’est qu’ils ont toujours un coup d’avance.

Côté chiffres économiques, aujourd’hui nous aurons les Non-Farm Payrolls en France, la décision des taux de la BCE et le discours de Draghi et les Jobless Claims aux USA.

Pour le moment, les futures continuent de monter encore et encore, ils avancent de 0.15% ce matin, alors que le Nikkei accélère à la hausse. L’Euro/Dollar est à 1.0772, le Yen se traite à 113.56, la Livre est à 1.2649, le Dollar/Suisse s’échange à 1.0063 pendant que l’Euro/Suisse fait du stationnaire à 1.0840. Le Bitcoin se traite à 758$ et le rendement du 10 ans US se replie enfin à 2.34%.

Voilà. Je crois que c’est tout ce qu’il y avait à dire sur ces derniers jours d’euphorie et ce dernier mois incroyable. On dirait que ce n’est pas fini et selon les mots choisis – whatever it takes, peut-être – de Monsieur Draghi, on pourrait remettre de l’essence sur le feu de joie.

4 réponses
  1. Econo-lover
    Econo-lover says:

    Bonjour à tous,
    Si j’ai bien comprit, les banques centrales acheté massivement et majoritairement sur les marchés…
    Il y a t il un précédant dans l’histoire ?
    « TOUT LE MONDE attend LE KRACH » : si les banques centrales acheté tout… TOUT LE MONDE va pouvoir attendre quelle choisisse le moment qui les arrange le plus pour enlever le bol de sangria? (si cela arrive…)
    A mon avis ce sera l’HISTOIRE (événement politique, sociale…) qu’il l’enlèvera mais pas les banques… il en faut du courage pour le faire… Ce n’est pas bien leur marque de fabrique!

  2. emmanuel
    emmanuel says:

    Un article a lire absolument…
    Quand on aura intégré cela, nous ne serons plus loin du méga défaut de paiement.
    Et oui les dettes insupportables sont celle des vieux.
    Pour tout le reste ce n’est que du verbiage sans intérêt.

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-163802-combien-de-temps-encore-les-65-ans-choisiront-ils-notre-avenir-2050491.php

    On imprime de la fake Money pour tenir la rente des vieux.
    Toutes les politiques fiscales sont pour les vieux.
    Fillon s’il avait vraiment voulu Reformer les retraites devait bloquer le départ de la Génération du Baby Boom. Il avait la possibilité de le faire. Et bien entendu il s’est bien garde de le faire.

    L’équation est simple, ma Génération et les plus jeunes ne pourront pas Payer éternellement pour les papy boomers.
    Donc la remise a 0 est incontournable.

    Les vieux en France ont à présent la possibilité de s’endetter pour consommer avec des prêts Senior, quand les Banques regardent à deux fois pour prêter à un jeune qui veut créer sa boite.
    C’est peu dire que la fracture intergénérationnelle est consommée.

    Mais de toute façon pour la rente des vieux la messe sont dite.
    Tout ceci ne tient plus que par le seul miracle de la planche à billets…
    Et la bulle dette continue à gonfler….
    Et c’est une bulle qui va éclater comme toutes les bulles.
    Est c’est la mère de toutes les bulles.

    Mon scenario est assez simple : 2017 année pivot, et 2018 année du grand basculement…

  3. Stephane
    Stephane says:

    Mon Dieu, Emmanuel, vous êtes en pleine bulle! Essayez de voir les choses plus globalement et vous irez inexorablement vers la vraie cause de nos tourments: la dette, que d’aucuns considèrent, à juste titre, comme illégitime (que diront les historiens futurs de cette stupidité consistant à obliger les Etats à emprunter auprès d’établissements financiers privés pour se financer?). Si on avait laissé les Etats emprunter auprès des banques centrales, ne serait-ce qu’au même taux que les établissements privés, il n’y aurait aucun problème de retraite dans le public et pas de difficulté budgétaire (ou beaucoup moins). D’autre part, et là on titille la question des retraites dans le privé, le problème est d’abord une question de partage des richesses produites, qui a été perverti par la mondialisation. Alors certes, les vieux, comme vous dites, peuvent (mais pas tous loin de là), profiter de ce que leur servent les fonds de pension qui spéculent honteusement, mais la part qu’il reçoivent n’est qu’une conséquence du manque de rigueur des gouvernements dont toutes les tranches de la population sont en grande partie responsables, par peur sans doute lorsqu’il choisissent leurs représentants (la mondialisation est en cause encore une fois, qui, en résumé, conduit à une déréglementation folle, sinon c’est un Etat voisin qui rafle la mise, et donc à un nivellement par le bas, que vous semblez déjà subir). Ne pleurez pas, tout le monde va souffrir du reset qui, en effet, devrait avoir lieu en 2017 ou plus probablement, à mon avis, en 2018 (faites des provisions, et si vous avez encore quelques moyens financiers achetez de l’or ou à la rigueur de l’argent, plutôt des pièces facilement négociables).

  4. Stephane
    Stephane says:

    Autre point qui pourrait satisfaire les anti-vieux (je signale que je ne suis pas retraité): la baisse de l’espérance de vie (pour les causes évoquées ci-dessus).

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *