,

Le jour de la citrouille

À la veille d’Halloween, on n’a pas pu s’empêcher de se faire peur. La bonne nouvelle c’est que dans ces marchés de folie, la peur est extrêmement bien contenue, la stratégie de « bonne nouvelle est égale à EXCELLENTE nouvelle et que mauvaise nouvelle est PRESQUE égale à bonne nouvelle » a encore une fois fonctionné. Ce marché (euphorique) semble définitivement immunisé contre le côté obscur de la force. À croire que si la Corée du Nord bombardait la Californie à coup de missile nucléaire, Wall Street se dirait : « j’espère que ça n’a pas fait trop de bruit quand même » – avant de passer un nouvel ordre d’achat sur Apple parce qu’ils vont publier des chiffres trop bons jeudi soir…

Alors je vous rassure, hier il n’était pas question d’attaque nucléaire, mais plutôt d’une attaque de la chambre des représentants à Washington qui on tenté un bombardement en piqué sur la réforme fiscale de Trump. En effet, selon la presse hier, on s’autorisait à penser dans les milieux autorisés – elle marchera toujours cette phrase… – donc, dans les milieux autorisés on aurait éventuellement peut-être envisagé de mettre en place une baisse des taux d’imposition des société, comme le demande Trump, mais de manière graduelle.

Ce qui veut dire, pour parler français, qu’à la place d’avoir un rabais d’impôt de 20% immédiatement, ça se ferait à coup de 5% de rabais par année pour atteindre les 20% en 2022. Oui parce que 20% ça arrangeait moyen le département du Trésor à cause de l’argent. Les hommes du Président ont immédiatement réitéré le fait que la réforme fiscale prévue par leur Maître à penser, leur leader Maximo, ne contient pas le mot « graduel » dedans et c’est 20% tout de suite ou rien !!!

Ceci étant dit, le marché s’est quand même fait peur. Bon, comme je le disais, la peur est toute relative actuellement, mais le Dow Jones a tout de même perdu 0.36%, le S&P500 0.32% et le Nasdaq 0.01% – mais le Nasdaq c’est pas pareil, y a beaucoup de techno à l’intérieur et les technos ils gardent leur argent non-déclaré à l’étranger le temps que le rabais fiscal soit de 20% pour de vrai. Sans compter qu’hier Apple se foutait pas mal des histoires d’impôts puisque tout le monde s’excitait sur le titre à quelques jours des chiffres du trimestre. Tout le monde est chaud-bouillant sur les ventes de l’iPhone X et du coup, le titre terminait au plus haut de tous les temps, portant la capitalisation boursière de la firme à la pomme à pèst de 860 milliards de dollars.

En résumé, le marché a eu PEUR que le gouvernement Trump soit incapable de faire passer le moindre de ses projets – autrement dit, le marché a eu peur que le gouvernement Trump fasse exactement ce qu’il fait depuis l’élection, échouer dans les projets qu’il présente. Il faut reconnaître que la vraie surprise serait qu’il réussisse quelque chose. Néanmoins la peur qui s’est emparé de nous aura coûté 0.36% au Dow Jones, ça fout les jetons.

Au passage on notera que malgré cette mauvaise journée, c’est la première fois depuis 1930 que le Dow Jones passe 51 séances sans baisser de plus de 1%. Je ne sais pas si l’on va en tirer une quelconque conclusion, mais il faut savoir que dans la foulée le S&P500 vient de passer 245 séances sans baisser de 3% soit près d’un an. Pas mal pour un marché qui est au bord du gouffre depuis 2 ans ou presque.

Dans les autres nouvelles, on retiendra que Softbank, qui détient Sprint a décidé d’annuler le merger avec T-Mobile, les deux titres ont moyennement bien pris la chose et étaient en chute libre. Dans l’autre sens CalAtlantic et Lennar, dans la construction, sont sur le point d’unir leurs destins dans un deal qui représente 9.3 milliards de dollars dont 3.6 milliards de dette assumé par Lennar. CalAtlantic montait de 21% et Lenar baissait de 4.

Et puis on terminera avec l’Europe, qui se résume à un rebond massif de l’Espagne depuis que Madrid a décidé de saquer Don Diego de la Vega De Puidgemont et de l’envoyer en exil à Bruxelles. Du coup l’indice remontait de 2.44%, bien que nos petits doigts nous disent tous en cœur que ce n’est sûrement pas fini, puisque les rebelles sont toujours prêts à en découdre.

Pour le reste l’or et le pétrole jouent à un 1, 2, 3 soleil et personne n’a perdu, puisque personne n’a bougé.

Ce matin l’Asie est à peu près aussi intéressante qu’un jour sans pain, Hong Kong recule de 0.15%, la Chine de 0.25% et le seul qui est un peu digne d’intérêt, c’est le Nikkei qui attendait patiemment la décision de la Banque du Japon de ne rien faire sur les taux et depuis que la dite Banque du Japon a confirmé les choses, le marché remonte gentiment, mais c’est à peu près aussi excitant qu’un Grand-Prix de Formule 1.

Dans les nouvelles du jour, on va commencer avec le côté « people ». Tout d’abord, NetFlix a annoncé que la série House of Cards dans laquelle joue Kevin Spacey allait s’arrêter définitivement l’été prochain. Le roi du streaming a ajouté que cela n’avait absolument rien à voir avec le fait que Kevin Spacey est actuellement accusé de harcèlement sexuel sur mineur – 30 ans après. Je sais que ça n’a rien à voir avec le finance, mais en lisant le sujet sur NetFlix et Kevin Spacey, je trouvais étrange qu’à peu près la moitié d’Hollywood s’est fait agressé sexuellement par quelqu’un d’Hollywood et que c’est devenu très à la mode d’en parler, mais qu’en revanche à Washington, il ne s’est JAMAIS rien passé !!! Visiblement les hommes politiques sont beaucoup, mais alors beaucoup mieux éduqués que les producteurs de cinéma.

À Hollywood, c’est tripotage à tout va, mais à Washington, ils sont tous en tenu de curé – oups pardon, mauvais exemple – ils sont tous totalement dévoués à la cause des femmes et leurs besoins sexuels passent après le soutien inaliénable à la Nation…

Bon, mis à part le Président qui semble ne pas être concerné… Je me demande simplement si à Washington, les femmes n’osent rien dire parce ou si c’est autre chose.

Après cet aparté sur les sujets qui monopolisent la presse actuellement, revenons à nos moutons ; une fois la peur du non-rabais-fiscal-immédiat passée, les intervenants se sont rapidement regroupés et se concentrent sur les chiffres du trimestre, vu que c’est à peu près la seule chose de concrète à laquelle on peut se raccrocher en ce moment.

Et côté chiffres, on n’a pas fini de rigoler puisque la fin de semaine risque d’être énorme. Sans compter qu’il semblerait que les sociétés ont volontairement (pour une grosse majorité) renoncé à publier le 31 octobre, parce que c’est Halloween et que ça fait trop peur…

Non, mais sans déconner, c’est véridique, il y a moins de sociétés qui publient le 31 octobre, parce que « ça fait peur !!! » – mais non on ne marche pas sur la tête. Une fête commerciale à deux balles qui coûte la vie à des millions de citrouilles par années est arrivée à faire décaler la publication trimestrielle de certaines sociétés. Je propose que l’on envisage rapidement une thérapie pour commencer à arrêter de fumer la moquette, parce que ça devient dangereux pour la santé.

Mis à part notre peur paranoïaque des citrouilles, il faut reconnaître que dès mercredi soir ça va être très chaud avec Facebook et Tesla, l’un sera très attendu pour sa production de voitures et l’autre pour le fait de ne rien produire du tout si ce n’est des amis virtuels et puis jeudi ça sera Apple, après ça le monde pourra s’écrouler et on attendra ensuite la dinde de Thanksgiving. Aujourd’hui, parmi la liste des courageux qui osent publier le jour de la citrouille, il y aura BP, Electronic Arts, Pfizer ou encore Anadarko que l’on saluera pour leur courage et leur abnégation.

Pour le reste des nouvelles, on citera du bout des lèvres que le chef de campagne de Trump vient d’être inculpé dans l’affaire russe qui tient en haleine la Maison Blanche et les gens du quartier depuis des mois, parce qu’il faut dire ce qui est, ailleurs dans le monde, tout le monde s’en fout. On notera aussi que le FMI met en garde le fait que les produits structurés sur la volatilité pourraient être le prochain truc à nous péter à la figure, sachant que 500 milliards sont investis dans ces trucs et que l’on n’a pas la moindre idée de ce qui pourrait se passer le jour où la « vol » nous fait un 180 degrés au frein à main et repart à la hausse comme un missile Nord Coréen.

Samsung a publié des profits en hausse et va payer des gras dividendes à ses actionnaires. Le Wall Street Journal pense qu’il est faux de parier sur les conséquences de tel ou tel en tant que nouveau patron de la FED. L’annonce devrait d’ailleurs tomber ce jeudi. Le journal croit également savoir que LyondellBasell serait sur le point de faire un take-over sur Braskem, la valorisation du deal tournerait autour des 10 milliards.

Grosse journée côté chiffres économiques en Europe, puisque nous aurons le Consumer Spending en France, mais également le GDP, le CPI et le PPI. Et à Bruxelles, l’Europe publiera également son GDP et son CPI. Et puis aux USA, ça sera Redbook, Chicago PMI et Consumer Confidence.

Pour le moment les futures sont en hausse de 0.06% et le Bitcoin est à 6’150$. Ça se passe de commentaire.

Il restera donc à voir si l’on pas vécu le Krach d’Halloween, on ne sait jamais…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *