,

Fermons les marchés la veille des chiffres de l’ Emploi

Je dis ça comme ça, mais franchement je ne vois pas l’intérêt d’ouvrir les places de bourse mondiales pendant toute la journée, tout ça pour que les intervenants se disent : « oh, ben aujourd’hui je ne vais rien faire en attendant demain ». On utilise de l’électricité pour rien, pensons un peu à notre planète et soyons écolos : fermons les bourses à la veille des chiffres de l’emploi. Ou alors on a qu’à les publier le week-end, là où personne ne peut rien faire, comme ça on aura peut-être plus des journées comme hier, des journées qui ne servent à rien, ou presque.

Non, parce que si l’on fait le bilan des choses qui nous ont préoccupé hier, c’est vite fait, tout d’abord il y a eu le fait que Draghi a reconfirmé que la BCE ne faisait pas de « tapering », contrairement à ce qu’un « journaliste » de chez Bloomberg avait annoncé la veille. Le « tapering » étant un nom barbare qui signifie que l’on « réduit la voilure » du QE en cours.

Le marché était déjà au courant de la chose la veille et je ne comprends pas les gens qui se sentent obligés de répéter un truc que l’on sait depuis 24 heures en espérant que ça aurait un résultat différent la seconde fois.

Ensuite il y aussi eu le fait que Twitter ne se fera pas racheter par Google, ni par Apple, ni par Disney. Google, c’était officiel la veille au soir déjà. Pour le reste c’est un « expert-analyste-qui-ne-se-trompe-jamais » qui l’a déclaré hier. Twitter s’est crashé en flamme et le titre perdait 20%. On notera aussi que Tesla s’est pris 3.6% dans le pare-brise après que Goldman Sachs ait downgradé le titre de « achat » à « neutre », citant des risques dans le « timeline » des livraisons du « model 3 » et des soucis potentiels de « free cash flow ».

Pour le reste, le marché n’a rien fait et nous n’avons pas abordé des sujets que nous ne connaissions pas avant.

Ce n’était pas mieux en Europe puisque la seule nouvelle valable de la journée était l’annonce d’Easyjet qui envisageait une baisse de ses profits de l’ordre de 29%. Personne, dans le monde fabuleux de l’anticipation et de l’analyse financière, ne l’avait vu venir (comme d’habitude) et le titre a raté son atterrissage en plongeant de 7% (oui, je sais, elle est facile). Du coup, dans une lueur de génie, le marché a tapé sur toutes les compagnies aériennes se disant que si Easyjet avait des problèmes, ce n’était pas personnel, mais structurel. Du coup, AirFrance-KLM, Consolidated Airlines, Ryanair et Lufthansa traversaient une zone de turbulences également (oui, celle-là aussi, elle était facile).

Les marchés du vieux-continent terminaient donc en baisse de trois fois rien et de pas grand-chose.

Pour ce matin, L’Asie est en baisse de 0.34% au Japon et de 0.48% à Hong Kong. La Chine est TOUJOURS fermée. Le pétrole est, comme promis hier, au-dessus des 50$ et c’est « hâte-toi lentement », tous les jours il monte un peu et techniquement il n’y a plus de résistances. Le seul risque c’est que les Saoudiens viennent nous dire ce week-end qu’ils ne signeront pas l’accord de l’OPEP, dans le cas contraire, ça devrait continuer de monter. Ce matin le baril est à 50.39$.

En revanche, dans l’autre sens, l’or est en pleine dépression nerveuse et ne semble plus capable de remonter la pente. Quoi qu’il arrive. Ce matin le métal jaune est encore un peu moins jaune et se traite à 1255$.

Dans les news du matin, en dehors du fait que l’on attend patiemment la publication des chiffres de l’emploi américains et qu’ils vont – ou pas – changer la face monde financier, il faut noter qu’alors que vous n’étiez pas encore en phase de réveil, la Livre Sterling s’est faite démonter. Elle n’était déjà pas bien en forme, se traitant à 1.26 – mais en l’espace de 2 minutes le cours de la monnaie britannique est passée de 1.26 à 1.2170 – il semblerait que c’est un algorithme pourri qui serait la cause de la débandade de ce matin. Depuis le « pounds » est revenu à la vie (un peu), puisqu’il est de retour sur les 1.2433, mais le mal est fait. La parité Livre-Dollar, c’est pour bientôt. Encore une mauvaise nouvelle pour l’immobilier à Verbier. Le Farinet va être vide cet hiver.

hike

Dans le reste des nouvelles, Mars rachète la société Wrigley à Warren Buffet. Berkshire Hathaway en détenait une part minoritaire, Mars en prend désormais seule le contrôle. On estime la valeur de la participation à 2.1 milliards. Les profits de Samsung sont en hausse, malgré les craintes de « recall » et les téléphones qui continuent d’exploser à la recharge. Hollande demande des négociations « sérieuses et serrées » pour le Brexit, qu’il se rassure, il ne sera plus là pour négocier. Il sera à la retraite. On espère.

Et puis le Wall Street Journal l’annonce ce matin, Snapchat travaille sur son IPO, elle devrait être de l’ordre de 25 milliards. Pour envoyer des photos qui disparaissent après 30 secondes, le tout avec des applications qui vous déforment le visage. Nous vivons une époque formidable.

Pour le reste l’ouragan Matthew s’approche des côtes de Floride et ça va secouer. Le gouverneur de la Floride encourage 1.5 millions d’habitants à évacuer et le bilan à Haïti est de 283 morts.

Le Barron’s commence à émettre des doutes sur Tesla dans la foulée du downgrade de Goldman Sachs. En tous les cas, c’est un « short » sur tout rebond jusqu’à 212$ – avis personnel qui n’engage que moi et qui n’offre aucune garantie, alors ne me poursuivez pas en justice si je me trompe. Le journal se demande également si le marché ne compte pas « trop » Hillary et ils essayent de rassurer tout le monde en disant que le « le bain de sang sur l’or » va finir par se terminer.

Pour ce qui est des chiffres économiques, je ne vais pas vous mentir, mais LE CHIFFRE du jour sera les NON-FARM PAYROLLS. On attend 175’000 nouvelles créations d’emplois. Tout chiffre nettement au-dessus fera dire que la FED va DEVOIR agir en décembre. TOUT chiffre nettement au-dessus des 250’000 fera dire que la FED va agir AVANT décembre et tout chiffre en-dessous des 175’000 nous fera nous poser des questions sur l’état de l’économie. Le taux de chômage devrait être annoncé à 4.9%, inchangé. Pour le reste, il y aura le Trade Balance en France et en Angleterre, mais pour être franc, je crois que tout le monde s’en fichera.

Les futures sont en baisse de 0.17%, L’Euro/Dollar s’est pris un claque durant la nuit également et se traite à 1.1115, le Yen est à 103.83, la Livre est donc à 1.2430, merci les « algos » et le Dollar/Suisse s’échange à 0.9824, pendant que l’Euro/Suisse vaut toujours 1.0920. Le Bitcoin coûte 609$ et le rendement du 10 ans US est de 1.73%.

2 réponses
  1. CutKiller
    CutKiller says:

     » US created lower-than-expected 156,000 jobs in September » alors qu’en est-il sur l’état de l’économie? 🙂

    Petite question de la part d’un newbie: Je débute dans mon apprentissage le l’économie financière et je suis vraiment très choqué d’entendre à longueur de journée les « experts » dire que les algos ont craqué et fait chuter tel ou tel titre… de plus il est estimé que « 84% of All Stock Trades Are By High-Frequency Computers » mais on marche sur quel monde là?

    Comment peut-on encore faire du trading « classic » à échelle humaine et surtout à vitesse humaine?

    Qui dirige tous les algos et à qui profitent-ils?

    Tous cela me laisse bien perplexe…….

  2. Baya
    Baya says:

    @ CutKiller;
    Je n’ai pas la competence pour repondre a votre question, mais voudrais partager une conclusion que j’ai tiree en lisant l’economiste americain Richard Duncan.
    https://www.richardduncaneconomics.com/blog/
    Richard Duncan est un economiste « pragmatique » qui se base beaucoup sur des donnees empiriques.
    Il est un auteur reconnu, et l’inventeur du concept de « creditisme », en opposition au « capitalisme »: il demontre, que depuis plusieurs decennies, la croissance US en particulier n’est basee que sur l’accroissement du credit, et qu’un tel accroissement inferieur a 2% par an se traduit immanquablement par une recession.

    L’une des utilisation des algorithmes en bourse sera de maintenir des indices eleves, tout en donnant l’illusion d’un marche « libre ». Les prix artificiellement dopes des actions, tous comme ceux de l’immobilier surevalue, permettent de creer un « effet richesse » chez les menages US, qui rassures par la « valeur » de leur patrimoine, s’endettent, augmentant ainsi la dette totale et generant du PIB. Cela legitime par consequent le personnel politique, la Fed, et les principaux acteurs financiers, banques et hedge funds.

    Voila, c’est vraiment tres bete et facile a comprendre, mais ca n’empeche pas les Gautry, Korchia et Co de faire les andouilles et , chaque semaine, de simuler une admiration sans borne pour la « croissance » US. Cordialement.

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *